L’Association Centre Ciência Viva do Lousal (ACCVL), une entité privée à but non lucratif, a été créée en 2010 et a et a des membres associés la “Ciência Viva – Agência Nacional para a Cultura Científica e Tecnológica”, la “Municípalité de Grândola – CMG”, la “Fondation Frédéric Velge” et la “Faculdade de Ciências da Universidade de Lisboa”. Cette Association est actuellement responsable de la gestion et pour la dynamisation de trois importants pôles culturels, historiques et scientifiques de l’ancien village minier de Lousal:

  1. Le Centre Ciência Viva do Lousal – Mina de Ciência (CCVL), inauguré le 30 juin 2010, est inséré dans la “Rede Nacional de Centros Ciência Viva”. Il s’agit d’un centre qui utilise le thème des géo-ressources comme une passerelle conceptuelle vers l’exploration de domaines scientifiques et technologiques aussi divers que la géologie, la chimie, la physique, la géophysique, les mathématiques, l’ingénierie, la biologie, l’écologie, l’informatique, l’infographie et les nouvelles technologies de communication et d’image. Ce Centre privilégie les activités, les espaces d’exposition et d’expérimentation, ou d’autres moments de communication qui sont basés sur l’interactivité avec le public.
  2. Le Musée Minier (MM) est installé dans le bâtiment qui abritait autrefois la centrale électrique de la mine. Entre 1934 et 1992, elle a été chargée de fournir de l’énergie au complexe industriel minier de Lousal et à sa population. Inauguré le 20 mai 2001, ce musée abrite un important domaine documentaire, des objets et de l’équipement qui permettent au visiteur un regard sur la vie quotidienne tout au long des 88 années d’activité de cette ancienne mine.
  3. La Galerie Miniére Waldemar, inaugurée le 27 juillet 2015, permet une route souterraine dans le secteur sud de la mine de Lousal, d’environ 280 m de long. En chemin, il est possible d’observer les vieux entrepôts (quatre chambres avec revêtement en béton, destinés à l’ancien stockage de matières explosives), un secteur avec une entivation en bois d’origine, les puits Waldemar et Luís, qui a permis l’accès aux étages inférieurs de la mine, ainsi que de découvrir toute la géologie et la biologie caractéristique du site.

 

 

Contexte historique

La mine de Lousal, située sur la municipalité de Grândola, a eu son activité d’extraction, entre 1900 et 1988, principalement dédiée à l’exploitation de la pyrite pour l’utilisation du soufre, une matière première pour la production d’acide sulfurique utilisé dans la fabrication d’engrais. À la fin des années 1980, la production d’acide sulfurique à partir de pyrite n’était plus viable économiquement, ce qui a conduit à la fermeture de la mine.

Suite à la fermeture de la mine, il y a eu une forte diminution de la population et une série de problèmes sociaux ont commencé, liés au taux de chômage élevé et à la dégradation du patrimoine industriel et géotechnique qui constituait la matrice identitaire de ce lieu. Afin de renverser cette situation, en 1994, est né le projet RELOUSAL, issu de l’union d’efforts entre SAPEC, SA (société propriétaire de la mine) et la municipalité de Grândola, qui a convergé vers la création de la Fondation Frédéric Velge. Cette entité a initié un ensemble d’initiatives visant à explorer le potentiel muséologique, touristique et géoenvironnemental de Lousal. En plus de vingt ans, plusieurs bâtiments ont été récupérés pour faire place à un centre artisanal, un hôtel rural, un restaurant, un musée d’archéologie industrielle et un centre scientifique.

La mine Lousal, située dans la commune de Grândola, a eu son activité extractive, entre 1900 et 1988, principalement dédiée à l’exploitation de la pyrite pour l’utilisation du soufre, une matière première pour la production d’acide sulfurique utilisé dans la fabrication d’engrais. À la fin des années 1980, la production d’acide sulfurique à partir de la pyrite a cessé d’être économiquement viable, ce qui a entraîné la fermeture de la mine.

Après la fermeture de la mine, il y a eu une forte diminution de la population et un certain nombre de problèmes sociaux liés au taux de chômage élevé et à la dégradation du patrimoine industriel et géomineiro qui constituaient la matrice identitaire de ce lieu ont commencé. Afin d’inverser cette situation, le projet RELOUSAL est né en 1994, fruit de l’union des efforts entre LA SAPEC, SA (la société propriétaire de la mine) et la municipalité de Grândola qui a convergé dans la création de la Fondation Frédéric Velge. Cette entité a lancé un ensemble d’initiatives visant à explorer le potentiel muséologique, touristique et géoenvironnemental de Lousal. En plus de vingt ans, plusieurs bâtiments ont été récupérés pour faire place à un centre d’artisanat, un hôtel rural, un restaurant, un musée d’archéologie industrielle et un Centre Ciência Viva.